Le métier de conservateur-restaurateur du patrimoine reste assez méconnu du grand public dont le savoir en ce domaine provient surtout de la médiatisation de grands chantiers de restauration (monuments historiques et peinture généralement). Ces exemples ne représentent cependant qu'un mince aperçu du panel de spécialités de la profession, où chacune s'intéresse à la conservation d'un type d'oeuvres précis.

Ainsi, si toutes les spécialités suivent la même déontologie, chaque type d'objet demande des connaissances et des techniques spécifiques : un conservateur-restaurateur de sculptures sur pierre ne travaillera pas de la même manière qu'un conservateur-restaurateur de photographies !

Citons parmi ces grandes spécialités : les arts et documents graphiques, la photographie, les textiles, la peinture sur chevalet, la peinture murale, la sculpture, les objets archéologiques, les céramiques et verres, le métal, les objets ethnographiques, le mobilier, le vitrail...

Il est important de souligner qu'un conservateur-restaurateur n'est ni un artiste, ni un artisan : il ne créé pas de nouveaux objets et ne les répare pas non plus pour leur utilisation fonctionnelle. Il préserve un certain type d'objets appelés « biens culturels » dans le but d'en permettre la transmission matérielle pour les générations futures et propose pour cela son expertise théorique et pratique.